[GALERIE] Instants canadiens

Il y a un peu moins d’un mois je revenais du Canada. J’ai parfois l’impression que ce voyage n’était qu’un rêve, le temps file si vite… Septembre est bientôt là, je n’ai pas vu passer l’été. Ce soir j’ai eu envie de revoir les photos prises avec mon Iphone et je me suis dit que ce serait chouette d’en partager certaines avec vous.

Voici quelques instants volés, quelques images parmi les milliers d’autres qui resteront à jamais dans ma tête…

Voyager seule au Canada

Je suis rentrée. Cela fait une semaine que je suis en Belgique et je suis heureuse. Heureuse d’avoir retrouvé mon chéri, mes animaux, ma maison, mes proches, mon pays. Heureuse d’avoir osé réaliser un de mes rêves et d’avoir voyagé seule.

Cela peut paraître fou pour certaines personnes mais voyager seul apporte une toute autre dimension, quelque chose en plus. On en apprend beaucoup sur soi et sur les autres. Comme vous avez pu le constater en lisant mes précédents articles ça n’a pas été facile tous les jours mais je ne regrette rien. Je suis fière de moi et je le referai. Je pense déjà à ma prochaine destination solo.

J’aimerais dire à tous ceux qui hésitent à partir seul : arrêtez de réfléchir (ne faites pas comme moi qui ai attendu 3 mois avant de me lancer !), prenez vos billets d’avion et PARTEZ ! C’est tellement agréable de ne dépendre de personne, tellement gratifiant de l’avoir fait. Le Canada est le pays idéal pour une expérience en solo, lancez-vous !

Voici mes conseils pour voyager seul(e) au Canada pendant quelques mois.

Avant de partir :

  • Assurez-vous que votre téléphone portable est utilisable au Canada (tri-bande ou quadri-bande)
  • Vérifiez la date de validité de votre passeport (elle doit dépasser d’au moins un jour la date de votre retour)
  • Sachez aussi que si vous souhaitez rester plus de 90 jours au Canada il vous faudra un visa
  • Faites débloquer votre carte de banque pour l’Amérique du Nord
  • Réservez vos logements pour la première semaine
  • Organisez vos volontariats pour au moins les deux premiers mois. Rendez-vous sur les plate-formes HelpXWorkaway ou Woofing. Attention ! Les places sont rapidement prises en juillet car de nombreux voyageurs profitent de leurs vacances d’été pour partir. Il faut s’y prendre bien à l’avance !
  • Ne prévoyez pas trop de choses à faire les premiers jours, il vous faudra un peu de temps pour vous remettre du décalage horaire. Comptez au moins 2 jours complets avant d’être totalement opérationnel !
  • Pensez à souscrire à une assurance voyage pour toute la durée de votre séjour. Les soins de santé sont extrêmement chers au Canada !
  • Achetez vos équipements (chaussures de rando, polaire, vêtements de pluie…) en Belgique ou en France avant le départ. Il n’existe pas de magasins de type Decathlon au Canada. Les boutiques de sport canadiennes vendent principalement des grandes marques souvent très onéreuses
  • Téléchargez une application GPS utilisable hors ligne pour pouvoir l’utiliser partout à tout moment. Attention ! Il faudra penser à charger la carte de l’endroit où vous allez lorsque vous avez du wifi pour pouvoir y avoir accès ensuite. Pour ma part j’utilise Maps.me

Sur place :

  • Concentrez-vous sur une province ou deux selon le temps dont vous disposez. Le Canada est un IMMENSE pays, ne sous-estimez pas les distances !!
  • Prévoyez au moins 3 semaines de voyage. Vous aurez besoin de ce temps rien que pour le Québec !
  • Faites du volontariat. C’est un superbe moyen pour découvrir un pays, sa culture et ses habitants à moindre frais
  • Pensez au covoiturage pour vous déplacer, c’est beaucoup moins cher que le bus ou le train et cela vous permet de faire des rencontres sympas. Rendez-vous sur le site AmigoExpress ou sur les groupes Facebook dédiés à certains trajets (exemple : Tadoulift pour les départs depuis et vers Tadoussac). Vous pouvez aussi louer une voiture si vous en avez les moyens.
  • Logez en auberge de jeunesse avec déjeuner inclus. Elles sont souvent centrales et proposent des activités et tours gratuits ou moins chers. Le réseau HiHostels est très étendu au Canada et vous bénéficierez de nombreuses réductions si vous devenez membre. C’est l’endroit idéal pour rencontrer d’autres voyageurs solo
  • Si vous partez en été, pensez aux résidences universitaires, ce sont des chambres d’étudiant disponibles pour les touristes pendant les mois de juillet et d’août. Les tarifs sont un peu plus élevés qu’en auberge de jeunesse mais vous disposerez d’une chambre privée, la salle-de-bain est à partager. A Montréal je vous conseille le Royal Victoria College Residence
  • Prenez toujours un petit sac à dos avec vous pendant la journée et glissez-y bouteille d’eau, anti-moutisques, crème solaire, lunettes de soleil, manteau de pluie, casquette ou chapeau (si vous voyagez en été). La météo est très changeante et les insectes voraces, mieux vaut être prévoyant !

Je pense avoir fait le tour. N’hésitez pas à me communiquer d’autres conseils si vous en avez.

Bon voyage au Canada ! 🙂

Mon volontariat chez une herboriste

Samedi 9 juillet je quitte Montréal pour mon dernier volontariat au Canada. Je vais travailler 2 semaines chez Nathalie, herboriste chez Les Herbes Aux Soins. J’avais très envie de découvrir ce métier peu connu en Europe (car remplacé par la pharmacie) mais assez répandu au Québec. L’herboristerie est une discipline qui consiste à préparer et commercialiser des plantes médicinales.

J’arrive donc à Sainte-Clothilde-de-Horton, petit patelin à mi-chemin entre Montréal et Québec, samedi vers 14h. Je rencontre David, l’autre woofer, il est allemand, sourd et dormira dans son van aménagé. Moi je passerai mes nuits dans un « camper » (une caravane). C’est un peu vieillot et le wi-fi est capricieux mais ça fera l’affaire. Nathalie a un mari : Stéphane, et trois enfants : Raphaëlle 14 ans, Guillaume 13 ans et Danaé 11 ans. La première semaine était très calme, il n’y avait que Guillaume à la maison. La deuxième a été plus mouvementée avec le retour des deux filles…
Les premiers jours on découvre le jardin, il est magnifique ! Et il n’y a pas que ça qui est beau… La maison en vieilles pierres se trouve à la lisière d’une forêt, un ruisseau coule juste derrière, c’est un véritable havre de paix ! Dans le jardin, un immense potager, plusieurs carrés consacrés aux plantes médicinales et des ruches, tout au fond. On pourra bientôt récolter les premiers légumes et les premières fleurs, pour le miel il faudra encore attendre. Juillet est le mois des récoltes, ça tombe bien. Moi qui étais déçue de ne pas avoir pu récolter et goûter les légumes plantés à la ferme en mai, ici je serai servie !

Nathalie est très attentive et pédagogue. Elle a compris mon intérêt pour l’herboristerie et prend le temps de m’expliquer ce qu’elle sait. Elle était thanatopracteur à Montréal dans son ancienne vie et s’est reconvertie après la naissance de ses enfants. C’est en cherchant des solutions naturelles pour les soigner qu’elle a découvert l’herboristerie et a décidé d’en faire son métier. Toute la famille a changé de vie et a quitté la ville pour la campagne.

A Sainte-Clothilde les journées sont faites de désherbage, découverte des plantes, cueillette de fleurs, récolte de légumes, préparation d’huiles de macération, confection de savons et crèmes… Je n’ai pas le temps de m’ennuyer, ni de voir le temps passer !

Mon séjour s’achève déjà demain. Nathalie me conduira à l’aéroport de Montréal où je prendrai mon vol pour Paris à 22h. J’ai beaucoup aimé cette dernière expérience de volontariat. Elle fut très différente de la première à la ferme. Le fait de vivre avec des enfants apporte une autre dimension. On participe à la vie quotidienne de la famille sans vraiment en faire partie. J’ai parfois eu l’impression de ne pas être à ma place. Je me suis malgré tout sentie intégrée et totalement immergée. Je n’ai passé mes journées et soirées qu’avec des québécois (famille, voisins et amis) à l’exception de David, le volontaire allemand. J’ai même commencé à utiliser quelques expressions de la région, taberouette !

Je pourrais encore parler longtemps de ces 2 dernières semaines mais il faut que je termine le désherbage, que je cuisine une tarte avec les framboises cueillies hier, que je fasse mon sac et le ménage du « camper » ! Je reviendrai sur mon expérience canadienne dans sa globalité dans un prochain article.

Je vous laisse avec quelques photos de ce paradis.

québec
La route devant la propriété
québec, camper
La jolie maison et mon « camper »
québec, plantes
Le magnifique jardin avec le potager et les plantes médicinales
québec, plantes, fleur, papillon, jardin
Rencontre au sommet d’une échinacée
québec, plantes
Les ruches dans le fond du jardin
québec, plantes, fleurs, monarde, herboristerie, herboriste
La monarde, la plus belle de toutes !
québec, plantes, herboristerie, herboriste
La récolte du jour : calendula, mauve et millepertuis
québec, jardin, plantes
Le potager verdoyant

3 jours à Toronto

Dimanche, après un voyage en voiture de plus de 6h30 au lieu de 5h15 (merci le trafic !) j’arrive finalement à Toronto ! Tout de suite je pense à New-York. Les énormes buildings et le mélange d’architectures anciennes et récentes me rappellent la Big Apple. Il fait une chaleur étouffante. Mon sac à dos me fait de plus en plus mal, il est définitivement trop gros ! J’aurais vraiment du opter pour une valise… A vouloir jouer à la baroudeuse, c’est mon dos qui en pâtit ! 🙁 Après 20 minutes de métro et 10 minutes de marche je m’approche enfin de l’auberge de jeunesse (Hi Toronto). Il faut que mon cerveau « switche » à l’anglais. Toronto se trouve en Ontario et on y parle la langue de Shakespeare comme dans la majorité des provinces canadiennes. J’ai pris une chambre partagée avec 3 autres filles. Ce n’est franchement pas terrible, les draps sont douteux et le matelas pas très épais mais je n’avais pas le choix. C’était le meilleur rapport situation/prix (Toronto est chère, beaucoup plus que Montréal). Mais l’avantage des auberges de jeunesse c’est que de nombreuses activités sont proposées. Je réserve directement une excursion d’une journée aux chutes du Niagara pour le mardi. J’en profite aussi pour m’inscrire à la balade gratuite du lendemain dans le quartier de Kensington, il paraît que c’est à faire.

Lundi je commence ma journée par la CN Tower, l’emblème de Toronto. Elle est vraiment impressionnante du haut de ses 553 mètres. Je marche toute la matinée dans le quartier. Les trottoirs sont larges et propres, c’est agréable de s’y promener. L’après-midi j’ai droit à une visite guidée privée du quartier chinois et de Kensington Market. Je n’ai pas spécialement aimé la partie asiatique mais j’ai adoré Kensington. C’est un tout petit quartier avec de jolies maisons colorées. Il est très différent du reste de la ville. On y trouve des bars, des boutiques de fripes, des restos végé… L’ambiance hippie/hipster est cool et décontractée. Je termine ma journée sur l’île de Toronto. On peut y accéder en bateau pour 7$. Il y a trois arrêt possibles : Hanlan’s Point, Center Island et Ward’s Island. J’ai choisi le dernier, c’est la partie la moins touristique de l’île. La traversée dure environ 10 minutes. A l’arrivée : un petit paradis ! Pas de voiture mais des arbres, des oiseaux, des fleurs, des plages, de magnifiques maisons en bois et un point de vue exceptionnel sur la ville. A faire absolument si vous passez par Toronto !

Mardi le bus passe nous prendre à 9h à l’auberge pour l’excursion aux chutes (Niagara Falls Day Tour). On fait le tour de la ville pour récupérer d’autres personnes avant de partir pour Niagara. Arrivée sur place vers 11h30. WAHOUUU c’est grandiose ! Je décide de payer 20$ de plus pour faire le tour en bateau (Hornblower Niagara Cruises). On embarque avec nos beaux imperméables en plastique rouge. Apparemment ça va mouiller… J’arrive à trouver un « spot » près d’une rambarde à l’arrière, il y a du monde à bord ! On s’approche d’une première chute, ça mouille déjà pas mal. On arrive ensuite près de la deuxième, la plus grande. Là c’est presque la douche mais quelle sensation ! Difficile à décrire. Cette puissance, ce bruit… Je suis comme une gosse, je pousse même quelques petits cris (et je ne suis pas la seule) ! C’est tellement jouissif d’être si proche ! Mes converses sont trempées mais ce n’est pas grave, c’était trooooop bien !! Autour des chutes : des hôtels, magasins, restaurants, bars et autres attractions attrape-touristes sans intérêt. On reprend le bus direction Niagara-on-the-lake, classée parmi les plus belles villes du Canada. C’est vrai que c’est mignon. On se croirait dans un village de poupées, c’est presque trop parfait. Le bus nous emmène ensuite dans un vignoble pour goûter au vin de glace, spécialité de la région. C’est très sucré et plus fort que du vin blanc, un peu comme du Pineau des Charentes. La journée se termine sous le soleil, comme elle avait commencé. Je suis fatiguée mais satisfaite. Le lendemain je repars déjà pour Montréal, Toronto aura été une belle surprise.

Après un peu de shopping et une jolie balade au jardin botanique de Montréal, je quitte enfin la ville pour la campagne. Je suis arrivée samedi sur le lieu de mon dernier volontariat. Je vous en parlerai dans un prochain article.

Voici quelques photos de mes 3 jours passés en Ontario.

toronto, canada
Le contraste entre l’ancien et le nouveau
toronto, canada
Le Nathan Phillips Square
toronto, canada
Le quartier coloré de Kensington Market
toronto, canada
Une vue sur la ville depuis l’île de Toronto
niagara, canada
En route pour la douche !
niagara, canada
Les chutes vues d’en haut
niagara, canada
Le selfie obligatoire !
niagara, canada
Une jolie façade à Niagara-on-the-lake

Voyage au Canada : la suite

Un voyage se passe de motifs. Il ne tarde pas à prouver qu’il se suffit à lui-même. Nicolas Bouvier

Une fois n’est pas coutume j’avais envie de commencer cet article par une citation. Dans l’avion qui m’emmenait de l’autre côté de l’Atlantique je me posais tellement de questions, j’en arrivais à me demander pourquoi j’étais là. Aujourd’hui je réalise que je n’avais finalement pas besoin de le savoir. Cela fait presque 2 mois que je suis partie et je n’ai pas regretté une seule seconde. Malgré les difficultés, jamais je ne me suis dit que j’aurais du rester chez moi et garder tout cet argent pour ma retraite.

Je suis chanceuse et heureuse d’être là. J’en apprends tellement sur moi. Il y a quelques jours j’ai pourtant décidé d’écourter mon voyage. Je le sentais comme ça. C’est mon choix. A mon retour j’aurai fait tout ce que je voulais, pas de regret. Et puis c’est sûr je reviendrai au Canada, accompagnée cette fois.

Après presque un mois passé à Tadoussac, je suis de retour à Montréal. Le calme et les paysages de la côte Nord me manquent déjà même si j’aime toujours autant la cité montréalaise. Ce matin je prends un covoiturage direction Toronto. J’y passerai 3 jours et ferai un petit tour par les chutes du Niagara. Je ne pouvais pas manquer ça ! Ensuite je ferai à nouveau escale à Montréal avant de repartir pour un nouveau volontariat. Je vais travailler chez une herboriste pendant 2 semaines pour ensuite m’envoler vers l’Europe. En attendant je compte bien profiter des jours qu’il me reste et terminer cette aventure en beauté.

Je vous laisse avec des photos de l’auberge dans laquelle j’ai travaillé à Tadoussac, du village et de la plage.

tadoussac, québec, canada
L’auberge La Merveilleuse
tadoussac, québec, canada
Une vue imprenable sur la baie
tadoussac, québec, canada
Une table dressée pour le déjeuner dans la salle à manger
tadoussac, québec, canada
La plage à marée basse
tadoussac, québec, canada
Le célèbre hôtel Tadoussac
tadoussac, québec, canada
La vue du village depuis la Pointe Rouge au bout de la plage
tadoussac, québec, canada
Un coucher de soleil apocalyptique

Deux semaines à Tadoussac

Déjà 10 jours sont passés depuis mon dernier article, j’ai tant de choses à vous raconter.

Mon début de séjour à Tadoussac s’est très bien déroulé, j’ai rapidement trouvé mes marques à l’auberge. Malgré une météo capricieuse, avec mes deux acolytes belges nous avons commencé à explorer les lieux. Par chance, ils avaient une voiture. Il y a plusieurs balades et quelques musées à découvrir à Tadoussac mais c’est un village, le tour est vite fait. Pour profiter au maximum du coin une voiture est vivement conseillée. La région est magnifique, la nature à l’état pur ! C’est pour ça que je suis venue, pour ces paysages, cette beauté à couper le souffle, cette impression d’être toute petite (ça ne m’arrive pas souvent !).

Je savais que chéri serait là pour mon anniversaire (le 16). C’était sensé être une surprise mais avec mes plans changeants il a préféré me prévenir… Le 11 (jour de publication de mon dernier article) il m’envoie une photo de son billet d’avion, il sera là le lendemain ! Excitation et questionnement, ça me déstabilise un instant mais je suis impatiente de le retrouver. Cela fait déjà plus d’un mois que je l’ai quitté. Il arrive avec la pluie, après 6h de route depuis Montréal. Les retrouvailles sont émouvantes. Ça me fait du bien de le voir. Il reste jusqu’au 17, nous avons 5 jours avant d’être à nouveau séparés. Il n’y a pas une minute à perdre : quad, randos, rencontre avec une maman orignal et son bébé, câlins avec des chiots husky, croisières aux baleines, tournée des restos… Je continue à travailler à l’auberge le matin mais nos après-midis sont bien chargés. C’est intense, on est bien, heureux d’être tous les deux. La distance ça rapproche.

Je prends congé le 16, le jour J, celui de mes 29 ans (et du début de ma 30ème année) !! Je n’aurai pas pu rêver plus belle journée d’anniversaire, je ne l’oublierai jamais. On commence pour une balade dans la baie Sainte Marguerite située dans le parc national du Fjord-du-Saguenay. De jolis chemins nous emmènent jusqu’à la Halte aux bélugas d’où l’on peut observer le mammifère. Il y en a certainement mais ils sont tout petits. Il nous faudrait des jumelles pour arriver à les voir correctement. Ce n’est pas grave, le paysage se suffit à lui-même. Le soleil brille et brillera toute la journée, c’est parfait ! Ensuite retour à Tadoussac, chéri a réservé une croisière en zodiac pour aller voir les baleines de plus près. La mer est belle, on croise quelques petits rorquals, un rorqual commun, quelques phoques et des bélugas. Ce ne sont que des ailerons au loin (les bateaux ne peuvent les approcher à moins de 400 m) mais ça reste magique. Voir ces animaux évoluer dans leur milieu naturel et les imaginer, immenses sous l’eau, c’est génial. Le soleil est toujours bien là, on a pris des couleurs. Maintenant direction notre logement spécial pour la nuit… Surprise ! A 20 km de là, à Sacré-Cœur, on arrive à la Canopée Lit qui proposent des cabanes perchées en forêt. J’ai toujours rêvé de dormir dans les arbres, je suis ravie ! Notre cabane est très mignonne, un vrai petit nid. La soirée commence sur notre terrasse avec un verre de champagne et le champ des oiseaux pour musique de fond. Le bonheur. Mais ce n’est pas fini, on part pour le restaurant La Casta Fjord sur la quai de l’Anse-de-Roche. Le cadre est idyllique. Le petit bistrot fait face au fjord, le coucher du soleil est sublime, la nourriture délicieuse, on est seuls au monde, le temps s’arrête… Quelle belle journée !

Mais toutes les bonnes choses on une fin. Chéri doit déjà repartir et moi je dois continuer mon aventure. Les aurevoirs sont douloureux mais on se retrouvera bientôt. Depuis dimanche je suis la seule volontaire à l’auberge, les belges sont partis et les prochains n’arrivent que samedi. C’est étrange de me retrouver seule à nouveau mais je ne vais pas me plaindre, j’ai vraiment beaucoup de chance d’être ici.

Voici quelques photos des mes deux dernières semaines.

tadoussac
Le Domaine des Dunes
tadoussac
« C’est trooop beau !! », je l’ai dit tellement de fois !
tadoussac
La jolie plage, à quelques minutes du centre de Tadoussac
tadoussac
Il fait gris, pas grave on va faire du quad dans la boue ! Rendez-vous au sommet du fjord 🙂
husky
Bébés husky de la Ferme Cinq Etoiles, des zamouuuuuuuuurs !
tadoussac
Petite pause côté cascade
Tadoussac
Un joli point de vue
Baie Sainte-Marguerite
La Baie Sainte-Marguerite
Baie Sainte Marguerite
La Halte aux bélugas
Rorqual, tadoussac
Un des nombreux petits rorquals croisé lors de nos expéditions en bateau et zodiac
phoque, tadoussac
Un phoque qui prend le soleil
cabane, cabane perchée, cabane dans les bois
Notre cabane perchée
cabane, cabane perchée, cabane dans les bois
La vue depuis notre lit. La nuit on pouvait voir les étoiles 🙂
Anse-de-Roche
Le marina de l’Anse-de-Roche à Sacré-Cœur
Anse-de-Roche
La vue sur le fjord depuis de la terrasse de la Casta Fjord

Weekend à Québec et arrivée à Tadoussac

Mon séjour à la ferme s’est terminé il y a une semaine. Petit pincement au cœur au moment du départ mais joie de passer à autre chose. Les jardins au pas de l’âne ont été un lieu d’apprentissage extraordinaire. Je n’oublierai jamais mon premier volontariat au Canada.

Après un nouveau covoiturage (2h), un bus (40 min) et une marche (trop longue) dans les rues de Québec j’arrive (enfin !) à mon auberge de jeunesse. Le soir je me balade seule dans la vieille ville. Je vois plusieurs restaurants et bars dans lesquels j’aurais aimé m’attabler mais en solo c’est moins rigolo. Voyager seule ça a du bon, on fait ce que l’on veut quand on veut, c’est la liberté. Il arrive pourtant fréquemment de ressentir un manque. On se dit qu’en étant accompagné(e) on pourrait encore plus en profiter. Finalement je rentre à l’auberge et je m’inscris à la visite guidée du lendemain matin. Le nuit fût bonne si je fais abstraction de mes collègues de chambre qui sont parties à 5h de matin de façon plus ou moins discrète. Durant la visite je rencontre un brésilien en vacances et on décide d’aller voir la chute Montmorency ensemble l’après-midi. On prend le bus pendant 45 min avant de découvrir l’impressionnante cascade. De retour à l’auberge je fais la connaissance de Rebecca (une autre de mes collègues de chambre) qui me convainc d’assister aux spectacles de rue organisés dans la vieille ville tout le weekend. Nous y allons à trois. Je ne m’attendais pas à un tel show, c’est grandiose et… gratuit ! Les décors, les costumes, les comédiens sont fantastiques. On est absorbé dans un univers de rêves. « Tu vas où quand tu dors en marchant« , c’est le nom de cet événement magique !

Le lendemain j’ai rendez-vous avec Claudia, ma « covoitureuse », à midi. Nous sommes 4, dont 2 avec de gros sacs, entassés dans sa petite Yaris. Tout entre, ouf ! A 15h, après avoir pris le traversier pour arriver en Côte Nord je découvre Tadoussac, petit village touristique connu pour l’observation des baleines. Charlotte, la gérante de l’auberge, vient me chercher près du quai. Elle est enceinte et est en train de passer la gérance à Danièle, c’est avec elle que je vais principalement travailler. A mon arrivée à l’auberge je rencontre 2 compatriotes belges qui resteront avec moi pendant 2 semaines. Le travail est très différent de celui de la ferme : 4h par jour réparties entre le service du déjeuner le matin, le ménage des chambres et l’accueil des clients l’après-midi. Le lieu est magnifique. La jolie auberge, qui est en fait un petit hôtel de 6 chambres, est située juste en face de la plage en plein centre du village. La vue sur la baie est imprenable, il parait qu’on peut régulièrement apercevoir des rorquals et des bélugas ! Je sens tout de suite que je vais m’y plaire.

Je reviens très bientôt avec un article sur Tadoussac en attendant je vous laisse avec mes dernières photos de la ferme et celles de mon weekend à Québec.

Stratford

hepx, woofing, ferme, canada, québec
L’arrosage des tomates sous haute surveillance
hepx, woofing, ferme, canada, québec
Petit cours de transplantage avec Hugo
hepx, woofing, ferme, canada, québec
Désherbage express grâce au courageux Kamel

Québec

Québec, Canada, Québec ville,
La vieille ville vue d’en haut
Québec, Canada, Québec ville, chateau Frontenac
Le château Frontenac qui est en fait un hôtel de luxe
Québec, Canada, Québec ville, chutes Montmorency
La chute Montmorency
Québec, Canada, Québec ville, théatre
« Les projections à court terme », l’un des tableaux du spectacle de rue
Québec, Canada, Québec ville, théatre
« Machineries », un autre tableau du spectacle de rue

La vie à la ferme

Ouf, enfin dimanche ! Aujourd’hui je ne travaille pas, ça fait du bien ! La semaine fût très intense. Je me suis retrouvée seule. Les garçons sont partis 2 jours après mon arrivée et Margot le 20. Je suis donc l’unique volontaire à la ferme depuis plus d’une semaine. Grosse baisse de moral au début et doutes quant à la suite. J’ai même hésité à rester mais j’ai tenu bon et ça en valait la peine.

Je pense que mon aide fût précieuse et je me suis réellement sentie utile. Que ce soit pour préparer le souper, semer du maïs, repiquer du thym, sortir Fenouil (le chien), ramener du fumier, faire des pâtisseries, planter des tomates, retourner la terre avec les ânes ou désherber, mes petites mains ont bien travaillé ! Le printemps est arrivé, les pissenlits ont envahi la pelouse, le paysage a verdi et il a fait chaud, très chaud. Les mouches noires (petits insectes inutiles qui piquent comme des moustiques) ne nous ont pas rendu la tâche facile mais malgré le manque de bras on a bien avancé. Chaque jour j’admire un peu plus le courage de Chantale et Jo qui n’ont pas choisi la facilité. Leur démarche 100 % bio et écolo de travailler sans machine est très contraignante. Les ânes ne sont pas toujours de bonne volonté et leurs journées sont très longues.

Vendredi je pars pour Québec, continuer mon aventure. Je pense que je n’aurai qu’un seul regret en quittant la ferme : ne pas pouvoir avoir pu goûter aux délicieux légumes, fruits de notre dur labeur. Je repasserai peut-être en juillet ou en août. Chantale et Jo, leur passion et leur grain de folie me manqueront certainement, ainsi que leurs adorables animaux qui m’auront apporté tant de réconfort durant ces 3 semaines.

D’ailleurs voici quelques photos de ces compagnons à quatre ou 2 pattes.

chien
Fenouil, mon copain souriant
Poussins
Les petits poussins plus si petits
Poules
Les poulettes curieuses
Ane
Kamel, le gourmand
Ane
Koka, le doux
chat
Djihad, la chipie
Chat noir
Patate, la caline
Chat
Pattes blanches, le squatteur de lit

Volontariat au Québec : mon premier HelpX

Mon séjour à Montréal s’est bien terminé, j’ai pu faire ce que je voulais. J’étais presque triste de quitter cet endroit que j’ai pourtant eu tant de mal à apprécier au début. Après 6 jours passés sur place je pense que ce n’est pas une ville qui se visite mais qui se vit. Il y a quelque chose dans l’air, l’atmosphère est décontractée, les gens moins stressés. La plupart des belges que j’ai rencontré là bas ne rentreraient au pays pour rien au monde.

Pour ma part il est temps de passer à autre chose, direction la campagne ! Pour la suite de mon voyage je me rends à Stratford, une petite bourgade à 2h30 de Montréal. La grande ville la plus proche s’appelle Sherbrooke et c’est là que m’a déposé mon covoitureur jeudi passé.

J’ai testé le covoiturage pour la première fois. Je suis passée par le site payant AmigoExpress pour plus de choix et de sécurité (les conducteurs sont évalués et leurs permis vérifiés). Samuel est venu me chercher à l’heure au point de rendez-vous à Montréal. Une dame d’un soixantaine d’années et une étudiante en psycho faisaient également partie du voyage. Le trajet s’est très bien passé, c’était même plutôt sympathique. Un peu plus de 2h plus tard j’étais à Sherbrooke et ce pour 10$CA au lieu des 32 que j’aurais payé si j’avais pris le bus !

Les grands-parents de mes hôtes m’attendent sur le parking du SAQ (seule chaîne de magasin dans laquelle les canadiens peuvent acheter de l’alcool fort) comme prévu. Ils sont adorables et cela atténue un peu mes appréhensions. Après près d’une heure de route on arrive à la ferme. Là bas il y a déjà 3 autres volontaires, des français, une fille et deux garçons, qui ont l’air de s’y plaire. La fille, Margot, me dit que pour elle aussi c’est la première fois, qu’elle n’a jamais fait de volontariat avant. Que c’est très dur physiquement et moralement au début mais qu’on s’y fait… Je ne suis pas rassurée.

Elle avait raison, les 2 premiers jours ont été compliqué. Levé à 7h, pause à 10h, reprise à 10h30, dîner à 12h30, retour au boulot à 14h et on continue parfois jusqu’à 19h… C’est dur. Travailler dehors dans la terre, à genoux ou pliée en deux à planter des carottes, navets ou betteraves, nettoyer les crottes des ânes, balayer l’étable, repiquer des tomates… Les journées sont bien remplies. Je ne vois pas les heures passer mais mon corps les sent bien. Il n’a pas l’habitude d’être aussi sollicité. Je ne pensais pas que le travail à la ferme serait si physique. J’admire ceux qui font cela chaque jour de leur vie.

Cela fera bientôt une semaine que je suis ici et, même si les débuts furent difficiles, j’apprends à profiter du moment présent. Chantale et Jo, les propriétaires de la ferme, sont des passionnés qui aiment partager. Maraîchers bio (non certifié), ils font de la traction animale et travaillent avec deux ânes : Koka et Kamel. Ils passent beaucoup de temps à nous expliquer leur métier. Il y a un véritable échange. Je suis fière de me dire que les graines que j’ai semées deviendront un jour de beaux et bons légumes qui seront cuisinés par une famille québécoise. C’est gratifiant, ça a du sens.

Voici quelques photos de la vie à la ferme.

Traction animale Canada
Chantale et Jo en plein travail avec les ânes Koka et Kamel
Semis
Des jolis semis qui seront bientôt mis en terre
helpx, volontariat, canada
Repiquage dans la serre (photo de Chantale)
Maison Canada
La maison centenaire et sa belle terrasse
Champ Canada
Le champ où l’on travaille presque chaque jour (quand le temps le permet)
Chat ferme Canada
Le ferme c’est le paradis des animaux (7 chats, 7 chiens, 10 poules, 5 poussins et 2 ânes)

Premiers jours au Canada

Cela fait déjà 5 jours que j’ai débarqué au Canada. 5 jours de hauts et de bas, de découvertes et de rencontres.

Vendredi 6 mai je prends l’avion à Zaventem. Il doit décoller à 13h30, j’arrive à 10h30. Je redoutais les files, l’attente. Après les événements du début du mois j’appréhendais vraiment le départ de Bruxelles. Finalement tout s’est passé sans encombre. L’avion décolle à l’heure et je suis heureuse d’avoir demandé à être à côté du hublot. C’est parti pour l’aventure. Soudain, je réalise que je suis seule. Personne ne m’accompagne dans ce périple, je serai livrée à moi même. Qu’est ce que je fais là ? Pourquoi ai-je eu cette idée de partir loin de mes proches et de mon chéri ? Je suis perdue, paniquée, j’ai peur… Je sais ce que je laisse, je n’ai aucune idée de ce qui m’attend. Heureusement je suis bien planquée près du hublot et il n’y a personne sur le siège du milieu, je peux pleurer sans que personne ne s’en aperçoive. Cela va durer de longues minutes, je me reprends puis ça repart de plus belle… C’est alors que j’aperçois le Groenland, une immensité de glace, majestueuse. C’est magique ! Cela me remonte le moral. C’est pour ça que je fais ce voyage.

Arrivée à Montréal, il y a une énorme file à la douane. Je vais attendre mon tour pendant près d’une heure.  Je dois ensuite passer par le bureau d’immigration pour faire valider mon Visa Vacances Travail (ou Permis Vacances Travail). Cela va relativement vite mais il est finalement déjà près de 18h30 (22h30 en Belgique) lorsque je prends le bus pour rejoindre le centre. J’arriverai à l’auberge de jeunesse 40 minutes plus tard. Je me couche illico, exténuée par ce long voyage et toutes les émotions qui l’on accompagnées.

Il m’a fallu presque 3 jours pour m’adapter au décalage horaire (6h de moins qu’en Belgique). Ce n’est qu’hier que j’ai vraiment commencer à apprécier Montréal. Depuis que le beau temps est revenu aussi. J’en ai fait des choses depuis mon arrivée…

  • J’ai changé 3 fois de logements
  • J’ai testé AirBnb et Uber pour la première fois
  • J’ai vu plusieurs écureuils
  • J’ai parcouru le quartier bobo et très frenchie du Plateau
  • J’ai rencontré des expats belges
  • Je me suis baladée dans le Vieux Port
  • J’ai goûté une queue de castor (une « pâtisserie » locale)
  • J’ai galéré pour calculer le pourboire à laisser (minimum 15% du montant affiché auquel il faut d’abord ajouter des taxes)
  • J’ai mangé une poutine (franchement bonne !)
  • J’ai beaucoup, beaucoup marché pour rejoindre mon 2ème logement (complètement excentré)
  • J’ai dégusté de la sangria version québécoise (sans fruit et sans goût)
  • J’ai été dans un bar à chat pour la première fois (c’était trop bien !!)
  • J’ai pic-niqué dans le parc Jean Drapeau
  • J’ai fait un selfie sur le Mont Royal
  • J’ai vu des ratons laveurs de tout près (A-D-O-R-A-B-L-E-S ces petites bêtes !!)
  • Et j’en passe …

Voici les choses qu’il me reste à faire d’ici jeudi 13h40 (heure à laquelle je retrouve mon covoitureur pour partir à Sherbrooke rejoindre mon premier projet) :

  • Aller au marché Jean Talon
  • Me balader dans le Mile End (nouveau quartier branché)
  • Trouver des chaussures de trekking (plus légères et presque aussi adhérentes que des chaussures de rando) –> j’aurais du faire ça avant de partir car ici tout est très technique et donc plutôt cher
  • Acheter une casquette et de l’anti-moustique efficace pour mon séjour à la ferme (il paraît qu’ils sont voraces !)
  • Aller boire un verre avec une ancienne collègue installée ici

J’essayerai d’écrire des articles plus régulièrement afin que vous poussiez suivre mes aventures. En attendant je vous laisse avec mes premières photos du Canada.

Avion Groenland
La vue depuis mon hublot : le Groenland. Magique !
Centre Montréal
Le centre ville de Montréal
Vieux Montréal
Le Vieux Montréal
Vieux Port Montréal
Le Vieux Port
Plateau Montréal
Le quartier du Plateau
Plateau Montréal
Toujours le Plateau
Ecureil Montréal
L’un des nombreux écureuils de la ville
Mont Royal Montréal
Une pose s’impose en haut du Mont Royal ! 😉
Raton laveur Montréal
Première rencontre avec un raton laveur. Adorable !
raton laveur Montréal
Ils sont pourtant si mignons !!
Biosphère Jean Drapeau
La Biosphère dans le parc Jean Drapeau
Parc Jean Drapeau Montréal
Le Parc Jean Drapeau
Saint Laurent Montréal
La vie est douce le long du Saint-Laurent
Poutine
Ma première poutine ! Miam !
Maisons Montréal
De jolies maisons montréalaises